Quitter son ancienne vie

L’appartement

J’ai décidé de revendre mon appartement. J’aurai pu le garder et le mettre en location, mon prêt était de surcroît à un taux des plus intéressants… Mais j’ai préféré me libérer de toute attache… Au grand dam de ma mère. Avec cette vente, je n’ai rien perdu; mais je n’ai rien gagné non plus, si ce n’est la liberté !

L’emploi

Après divers changements de service dans ma collectivité, j’avais enfin trouvé mon service idéal. Je travaillais dans un espace culturel en lien direct avec le public en tant que médiatrice culturelle. J’étais vraiment au service du public, le fonctionnariat prenait enfin son sens. Mon métier était de faire le pont entre l’art et le public, d’amener la compréhension de l’art au jeune public. C’était très intéressant, mais la hiérarchie empêchait toute initiative (j’étais agente d’exécution, catégorie C) et la routine métro-boulot-dodo devenait de plus en plus pesante.
En étant fonctionnaire, l’avantage que je considère comme principal (et qui contrebalance le désavantage de ne pouvoir cumuler des emplois), c’est le droit à la mise en disponibilité pour convenances personnelles. Le statut permet de partir en pouvant retrouver une place si on souhaite revenir (pas forcément dans le même service malheureusement).

L’engagement militant

Mon très cher engagement militant… C’est certainement la rupture la plus difficile qui m’ait été donnée de faire. Pendant plus de 3 ans, j’étais engagée dans un mouvement national de jeunesse, les militant·e·s plus âgé·e·s m’ont fait confiance, j’ai gravi les échelons. Grâce à cette structure, j’ai gagné en compétences, j’ai appris le travail de groupe, la collaboration. Puis à la direction, j’ai découvert la gestion d’équipe, la (re)motivation des militants, et j’ai pu à mon tour transmettre des savoirs. J’ai appris qu’en politique, malgré les loups qui s’y cachent, on peut se faire de très bons amis.
Au niveau local, j’étais dans une structure jeune d’une communauté d’agglomération. Je faisais partie des plus âgé·e·s. J’étais heureuse de pouvoir transmettre ce que je connaissais, ainsi que d’être portée par les adolescents qui, du haut de leur 15 ans, ont des ambitions démesurées pour le territoire et ils ont bien raison : « il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles » O.Wilde .
Bref, rude épreuve que de quitter ces structures, même si l’engagement perdure au quotidien : « Bats-toi pour les libertés, renforce la solidarité ! » .

2 commentaires sur “Quitter son ancienne vie

Ajouter un commentaire

  1. Hello Anaïs !
    Je ne savais pas que tu avais un blog. C’est très intéressant et bien écrit, tes articles sont très utiles pour les personnes qui comme moi veulent partir à l’aventure.

    Bonne continuation pour tes projets !

    Aimé par 1 personne

    1. Hello !
      Concernant le blog, il est tout nouveau, je l’ai créé il y a peu pour raconter mon futur périple ! Pour l’étoffer, j’ai écrit sur quelques uns de mes anciens voyages.
      Merci beaucoup pour ton commentaire, il me fait vraiment plaisir ! On se croisera peut-être sur les routes alors 😉
      Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :