Volontariat en refuge animalier

Avec Lisa, nous avons passé une semaine à Cochahuasi, un refuge entre Cusco et Pisaq. On a embarqué avec nous Romain, que l’on avait rencontré à l’auberge Kokopelli.
C’était assez intéressant et on pouvait aussi aller nourrir les animaux (et nettoyer leur enclos….). Par ailleurs, on gagnait beaucoup plus de pourboires qu’en étant serveuses en auberge de jeunesse, et ça, c’est top !

Notre superbe coloc sans eau chaude ni chauffage (notez le coup de soleil du premier jour sans crème solaire…) :

Et il fallait faire 300mètres à pieds dans le noir pour aller prendre sa douche tiède/froide….

direction la douche

Passage express à l’hôpital lors d’une excursion à Pisaq raconté en images :

Je vous copie/colle le guide en français que j’ai créé pour les futurs volontaires (le refuge est noté dans le routard, il y avait donc beaucoup de français qui passaient par là !).
Mais avant ça un petit recueil de nos perles à nos groupes étrangers qui sont assez drôles:

Lisa : Ici vous voyez, ce sont des oies andines.
-Et elles volent ?
Lisa : Non, elles n’ont pas d’ailes.
***Et là, les oies décident d’ouvrir leurs ailes et de voler à 30cm du sol…..***

lisa look

Lisa : Les canards ne volent pas.
– Mais pourtant en France, vous ne les chassez pas quand ils volent ?
Lisa : Ah…. C’est un certain type de canard, tous ne volent pas !

Moi : Les coatis sont des oiseaux.
***2 jours après, les coatis sont remis dans leur espace, et ce ne sont pas du tout des animaux à plumes….***

Manuel du guide-animalier volontaire. Créé d’après la visite guidée de la vétérinaire. 

Etape 1 : Accueillir 

Bienvenue au refuge animalier Cochahuasi. Je m’appelle …….. et je serai votre guide durant toute la visite. Ce centre a été créé en 2007 et a pour but de réintroduire dans leur milieu naturel le animaux issus du marché illégal, maltraités, ou abandonnés. Malheureusement, quelques-uns de ces animaux sont trop malades ou trop habitués à l’humain pour pouvoir survivre seuls dans la nature. Je vous expliquerai leur histoire au fur et à mesure. Commençons par les vigognes.

Etape 2 : La vigogne (vicuña)

vicunia

Il existe 4 types de camélidés sud-américains. Il y en a 2 sauvages, les vigognes et les guanacos. Depuis les incas, l’humain a essayé de le domestiquer, sans succès. Les camélidés sud-américains domestiqués sont le lama et l’alpaca que nous verrons par la suite.
Pour revenir à la vigogne, c’était un animal qui était chassé pour le pelage de son train arrière. Il faut tuer 6 vigognes pour 1kg de fourrure dont le prix s’élève à $350. C’est une fourrure considérée comme l’une des plus fines du monde. C’était un animal en voie d’extinction mais désormains, grâce à la politique de protection, il ne l’est plus.
Même s’il a l’air super mignon, le vicunia reste un animal sauvage et est très agressif. Il y a deux grillages car les visiteurs ont tendance à vouloir le caresser et il attaque. Les mâles sont agressifs entre eux également, c’est pour cela qu’ils ont des enclos pour eux seuls. Seulement, ils restent habitués à l’humain et ne sauront pas se défendre dans la nature, ils ne pourront jamais être relâchés. Par exemple, Domingo est une vigogne trouvée dans le coffre d’une voiture à la frontière Pérou/Bolivie. Il a été, tout comme les autres, trouvé entre 15 jours et un mois après sa naissance. Après son sauvetage, il a été nourri au biberon par l’humain.

Etape 3 : Les ours à lunettes

En quechua, cet ours s’appelle « ukuku ». C’est un ours dont l’habitat naturel se trouve dans la région du Machu Picchu. C’est le seul ours d’Amérique du Sud. Il a deux particularités, c’est un ours qui n’hiberne pas et qui a un régime presque végétarien. C’est le second ursidé après le panda géant qui a ce régime alimentaire.
Lorsqu’il est debout, il peut aller jusqu’à 1m80 et peut peser jusqu’à 160kg.
Pour deux d’entre eux, leur mère a été tuée car elle mangeait dans les champs de maïs. 

Etape 3 : Les tortues 

Ce sont des animaux de la forêt humide qui ont été utilisés comme animaux de compagnie et abandonnés. Pour deux des tortues, le propriétaire est mort et les enfants ont amené les tortues au refuge.

Etape 4 : Les oies andines

Elles vivent en couple et sont fidèles. Si l’une meurt, l’autre meurt de chagrin. 

oie et venado

Etape 5 : Les cervidés (venado)

Le blanc vient de la sierra, des hauteurs du Pérou. Le marron vient de la selva, la forêt humide. Leurs parents ont été tués pour être mangés. Ils ont été recueillis lorsqu’ils étaient petits et nourris au biberon, ils ne pourront pas être relâchés dans leur milieu naturel. 

Etape 5 : Le toucan

toucan

Il a une histoire assez difficile. Il était une attraction touristique et son propriétaire lui a coupé les ailes et cassé le bec pour ne pas qu’il s’échappe. Il ne peut donc que sauter c’est pour cela qu’il est dans une petite cage. Puisque c’est un animal de la selva, il a besoin de chaleur d’où la lampe. 

Etape 6 : Les lamas et l’alpaga

Les lamas sont plus grands en général et ont un long cou. On les utilise pour le transport de nourriture normalement. Les alpagas sont plus petits, on les utilise pour leur laine ainsi que pour leur viande. Il y a 2 sortes d’alpagas. On les différencie grâce à leur fourrure. Un a des poils longs et l’autre a une laine ressemblant plus au mouton. 

Etape 7 : Les aigles

aigle
Autre aigle sur la photo que celui dont l’histoire est racontée ci-dessous

Les aigles sont utilisés pour les photos avec les touristes. Il a un oeil crevé car son propriétaire ne voulait pas qu’il puisse s’envoler. A cause de ça, il ne pourra plus jamais être libre car ne pourra pas bien chasser ni voler. Lorsqu’il nait, il est noir, puis devient marron et à l’âge adulte est tricolore. Le petit, qui a été sauvé à temps, va pouvoir être libéré. En ce moment, il suit un entrainement. On lui apprend à voler car sinon il tombe à 10m.

Etape 8 : Les coatis

Le coati, kapiso en quechua, est un animal reconnu pour son goût exceptionnel. Si on lui propose différents aliments, il ira toujours vers le meilleur.
Connaissez-vous le meilleur café du monde ?
Ce petit animal était maltraité car il est reconnu pour produire le meilleur café du monde. En effet, lors du processus de digestion, ses enzymes donne un goût raffiné au grain de café. Et lorsqu’il défèque, l’humain récupère les grains pour les vendre à prix d’or. 

Etape 8 : Le chat andin

chat andin

C’est un animal en danger d’extinction, c’est le seul endroit au Pérou où on peut le voir en captivité. Il est très agressif et il est chassé pour son pelage. 

Etape 9 : Les pumas

Le puma vit en Amérique du Nord et du Sud. C’est un félin nocturne. A cause des mines illégales, son habitat est fragmenté. Il se rapproche donc des humains et est tué.
Deux des pumas du refuge ont été récupérés d’une discothèque où ils étaient drogués à la kétamine pour que les personnes puissent les approcher sans risque. Il leur reste des séquelles au niveau de l’estomac, ils ne peuvent plus se nourrir correctement et ne pourront jamais plus être relâchés dans la nature. 

Etape 10 : Les condors

Le condor est l’animal le plus simple à relâcher dans la nature.
Ici nous sommes dans un centre pilote de recherche sur les condors. La première couveuse d’oeuf de condor est ici. La recherche est financée uniquement par les dons, le Pérou ne subventionne pas le centre.
Le condor est le deuxième plus grand oiseau du monde après l’Albatros et est le plus grand d’Amérique du Sud. Il peut faire jusqu’à 3 mètres d’envergure.
On différencie les mâles et les femelles grâce à la tête. Le mâle a une crête tandis que la femelle non. Lorsqu’ils sont jeunes, ils n’ont pas la couleur blanche; ils ont uniquement des plumes marrons. Ils ne sont pas plumés sur la tête car ce sont des charognards, grâce à cette particularité, les microbes de la viande en putréfaction ne peuvent pas s’installer sur leur peau.

Etape 11 : Les cochons d’Inde

Le cochon d’inde se reproduit assez vite, il y a en 5 de plus tous les 2 mois. Il s’agit d’une nourriture traditionnelle, mais les péruviens n’en mangent que pour les occasions spéciales, anniversaires, mariages, etc… 

Etape 12 : Les singes

Pepino, capucin, et Maruca, singe araignée, ont été trouvés dans une maison de Cusco, ils étaient maltraités. Lorsque l’on élève la voix, ils prennent peur. Ils sont très joueurs, surtout Pepino, qui adore voler ce qu’on a dans les poches. 

Etape 13 : Les colorants naturels

On obtient toutes ces teintes différentes en faisant chauffer ces plantes dans de l’eau et en y trempant le tissu. Sur le cactus, on peut voir des taches blanches. C’est un parasite, la cochenille. En l’écrasant, on obtient du rouge. En y mélangeant de la cendre, on obtient du violet et en y mettant du citron, du orange. On peut obtenir 22 teintes différentes rien qu’avec la cochenille.

Etape 14 : Partenariat avec la communauté

« Hola Jesusa ». Jesusa est une femme d’une communauté vivant à 4h d’ici, où aucun touriste ne va. Un partenariat a donc été créé afin de promouvoir le savoir-faire de sa communauté. Elle a appris à tisser à 7 ans, et connait plus de 120 designs différents. Ils peuvent se reconnaitre entre communautés voisines grâce aux dessins qu’ils portent. Chaque communauté a ses propres designs. 

Etape 15 : Fin de la visite

J’espère que la visite vous a plu, vous pouvez déposer dans la caisse s/5 minimum afin d’appuyer la recherche sur les condors et prendre un petit grigri en échange.
Dans la boutique en face de vous, vous avez le travail de la communauté de Jesusa.
Merci d’avoir été attentifs et bon voyage. 

perroquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :